dimanche 4 septembre 2016

LE JOUR OU JE SUIS DEVENUE BLONDE


Qui l'eut cru qu'un jour je serai blonde? Certainement pas moi.

Un petit partage d'expérience au sujet de ma récente transformation capillaire, qui m'en a fait voir de toutes les couleurs.


L'inspiration
Alors pour la petite histoire, à l'origine, l'idée n'était pas vraiment celle là. Je pensais à du gris argent avec de légers reflets mauves. Cette idée m'avait été inspirée d'une nana sur instagram je crois! Nous n'avions rien à voir physiquement, elle avait les cheveux longs et les yeux clairs mais j'ai trouvé ça tellement joli que j'ai eu envie de tester. 

La motivation
Je me suis accordée cette petite folie du fait du peu de longueur que j'ai. Vu que je me rase la tête toutes les deux semaines, la prise de risque était assez réduite. Je me suis dit que si ça ne me plaisait pas, au pire je serai de nouveau brune d'ici un mois, et que je pourrais toujours mettre un foulard sur la tête en attendant. 

L'idée a également emergé du fait d'une période significative d'inactivité professionnelle (congé maternité). J'ai donc acheté la décoloration il y a 3 mois. Une copine coiffeuse m'a expliqué quelle patine il me fallait après mes vagues explications (je n'y connaissais absolument rien!). Mais l'été file, et ce n'est que plusieurs semaines après, à 3 semaines de reprendre le travail que je me rappelle que j'ai ça qui traine dans mes placards, et qu'il serait temps que je passe le cap... Sinon c'est sur, je ne le ferai jamais!(parce que oui, la durée d'un week-end n'est clairement pas suffisante pour s'adapter quand on passe du brun au blond pour la première fois).

Le passage à l'acte
Alors hop, je profite du week-end du 15 aout passé chez des amis pour embarquer mon matoss et demande à une copine de prendre en charge ma tête.

Je ne me suis que très peu renseignée sur le sujet. D'une nature assez aventurière avec mes cheveux, j'ai toujours tenté des trucs homemade, qu'il soit question de coupe ou couleur. J'y allais donc assez confiante, jusqu'à ce que ma copine me ramène à la réalité et m'explique qu'une décoloration non seulement ça arrache, mais qu'en plus il y a de fortes chances qu'on passe par du jaune quand on est brune, avant d'obtenir la couleur souhaitée. "Ok on y va, on va pas se dégonfler maintenant, on verra bien!"


Donc on est parties! 


1/ La décoloration


A 22h on se lance dans l'histoire. Quand tu vois tes cheveux s'éclaircir à vue d'oeil, là tu commences à paniquer.  Quand au bout de 5 minutes, tu as envie de t'arracher le cuir chevelu tellement ça brule. Et quand après 1h de pause, plus rien ne se passe et que ta couleur est arrêtée au jaune poussin. WTF? Tu réalises un peu tard que t'aurais peut être du te renseigner un peu plus. En désespoir de cause, tu commences à faire des recherches sur Google, tu tapes le numéro de ta patine (Luo Color P02) et l'unique modèle de rendu sur lequel tu tombes (sur un forum type doctissimo, parce que sinon c'est pas drôle), c'est la photo d'une meuf de Dunkerque qui t'assassine (et qui, au delà de sa dégaine, n'a objectivement pas du tout la couleur que tu souhaites). 


Toi aussi Hélène, pourquoi tu as besoin de faire ce genre d'expériences??!

A ce stade, toutes les questions possibles et imaginables te traversent l'esprit, mais surtout tu te demandes comment tu en es arrivée là? 


Tu réalises vraiment ce qui est en train de t'arriver quand tous tes potes sont partagés entre la compassion et la taillade, de Pikachu à Dragon Ball Z en passant par les faciles Eminem et Sisqo, tu essaies de garder la face en rigolant mais tu sais que là tu es vraiment au bout du rouleau.  


Heureusement tes supers copines sont là pour t'aider à relativiser et te dire que ça va aller. A base de "mais non j't'assure franchement ça va..." et de sincérité nécessaire dans ce genre de situations "non meuf, je te comprends, c'est moche. Mais t'inquiète, on remet ça demain!" 


Le lendemain à la première heure : petit dej et décolo part 2. 

Ca ne peut pas être pire de toute façon. Tu as appris entre temps dans tes recherches Google que le gris est effectivement une des couleurs les plus dures à obtenir car il faut partir sur une base le plus blanc possible. S'il reste la moindre trace de blond, tu obtiens du nacre, des reflets argent, mais le blond en dessous persiste.


2/ La patine


Me voilà donc blonde platine après une nouvelle heure de pause de décolo. On enchaine direct avec la patine gris mauve, je n'ai plus envie de faire durer le suspens. Et là, une fois l'ultime rinçage effectué, je ne sais plus trop quoi penser. Je me sens un peu stone, est-ce la tonne de produits chimiques que mon crâne a absorbé en l'espace de 12h ou bien la redescente du stress? On a évité la catastrophe, mais c'est quand même un choc! J'ai du mal à me reconnaitre. C'est vraiment différent!


Le temps d'adaptation
Finalement, après deux semaines, je m'y suis bien faite. Tout cet épisode est derrière moi et je ne vois même plus le côté "atypique" de la coupe. Les reflets mauves sont très vite partis. Comme prévu, mes racines noires apparaissent, je deviens poivre et sel, le rendu est plutôt pas mal. Et je sais maintenant que ce sera fini dans quelques jours, quand je raserai à nouveau. 

Du coup, je me suis relancée toute seule dans l'aventure avec le fond du paquet, histoire de prolonger l'effet quelques semaines de plus! Car l'effet lumineux me plait finalement plutôt bien, avec le bronzage.


Je ne sais pas cependant si j'assumerai très longtemps l'effet Amber Rose qui me colle un peu à la peau et qui ne me plait pas particulièrement. La suite au prochain épisode.

Et vous, quelles sont vos plus grosses folies capillaires?




Patine: Luo Color de chez L'Oréal - P02

2 commentaires :